Je me perds dans les draps.

C'est pas facile, sans toi,

les plaines et les rigoles,

les montagnes sans toit.

       
   
         
             

J'veux qu'on m'observe. Qu'on dise ce qu'on veut j'ai du recul

                                 
                                                             
               

Le temps est venu , tu ne crois pas, démaquiller nos visages pales. Le temps est venu tu ne crois pas, de répondre de nos actes. touché-coulé, la loi c'est moi, donne-moi tes jouets, donne moi tes acres. rouler, bourrer, et je ne sais quoi, pourvu que ça swing et j'en suis là. lalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalalaalalalaalalala...a.....

                                     

c'était ça ou le Tour de France !

   
                                                             
                       

                                   
                         

Jamais refaire les choses où tu disais « j'dois pas oublier quoi ? »

Jamais toi les joues roses,

Jamais moi les abats

Ne jamais couvrir ta main, ne jamais sourire de gêne

Refaire encore dès demain

comme avant que tu reviennes

...

                                 
         
                                       

c'est pas grand chose les ont-dits, tous les grands sourires moqueurs

c'est pas grand chose quand elle dit "j't'appelerai p'tet tout à l'heure"

       
                                       
                   
                                     
       

c'est encore que je t'aimais pas

           
           

Chrisaëlle [krizael] n.m.

                 

 


chateau d'eau

 

Avoine

     
           
                                   
enregistrements
concerts


radio & TV

     

celle que j'aime

         
                               
 

triple maxi

         
         
   
       
 
 


claudius & iokanaan : moi et l'autre

       

des étoiles qui dansent

que le tourbillon m'éclate

et mes cheveux me volent au vent

 

par trois fois_ _ _ je me prélasse

pour les autres c'est mieux je sors

mais mes cheveux me volent au vent

la berge craque

l'eau sombre m'asperge

je me déclare ouvrier graine

 

vire une claque

les aubes se taclent

vivent les cow-boys et les cheyennes

 

Marjorie rime

ses jeux m'abîment

et j'ai pourtant les bottes qui tiennent

 

Jacques est en marche

mes genoux lâchent

et j'ai encore les bras qui prennent

 

des étoiles qui tremblent

que leur tourbillon m'éclate

et mes cheveux me volent au vent

       
     
           
       
 

                 
                   
 
 
j'ôte les pétales de mon cur

je m'effleure

je m'effleure
fermez les yeux, j'ai ma pudeur
 
               
 
                       
 
           
       
     
                                             
   

Personne qui va m' dire c' que j' dois croire.

Personne qui va mettre ses images. J'ai ma mémoire renouvelée.

       
                 
 

Les grands malades du presbytère ont attrapé des mots qui pèsent.

                   
           
         

14 juillet

et je continue à croire l'amour de quelqu'un qui ment et je continue à croire qu'il me faut gagner du temps et je continue à croire la gourmandise, les doutes taire et de perpétuer la race il me faut gagner du temps / ounch sa pelle a prise là, le saut est à sa place, dans l'herbe des tomates, bien trop mûres pour la pelle : je m'endores, des ficelles me creusent / juin en juin j'enveloppe les tomates, bulles en bulles récolte les cadavres, fait prisonnier les morts, ficelle / 14 juillet refrain de guerre, les militants ont l'âme heureuse, rage décharnée ou peine heureuse à cracher l'amour au cimetière / 14 juillet refait la guerre, les militant ont l'âme peureuse, même décharnée, il faut qu'on creuse qu'on enterre l'amour sous la pierre /et je continue à croire l'amour de quelqu'un qui ment et je continue à croire qu'il me faut gagner du temps ...

 
                                           
                                                 
         
           
                                               
         
               
               
 
       
                               
               

photos des concerts et des enregistrements sur l'îlot calendrier

 
     
                                                     

   
                                                 

les plus belles choses sont faites en attendant,

les plus fines proses, les aveux très troublants.

les plus belles choses, pour te dire "je t'attends",

ton retour, si j'ose c'est lui qui me tente.

les plus belles choses, ton retour les fleurs dites.

fleurs fanées et roses, sont de celles qu'on quitte.

parier plus que l'autre, faire des sorts à tous vents,

ton retour encore c'est lui qui me tente.

des pas dans la rue

qui creusent le sol,

des poutres immenses

et deux pieds entre.

des douches prises

dans les lavabos libres.

des malheurs contés

tramés au coin du feu.

j'ai pas perdu tout mon goitre,

je n'ai pas revu tous mes espoirs.

j'imprime, j'exprime et me fais voir.

je bois et me retrouve en classe.

les plus belles choses

les plus belles choses

les plus belles choses

les plus belles choses

   
 
       
                                                   
 

mes pas copiés

celle que j'aime

toi j'sais pas

toi j'sais pas